03/06/2008

72. History of a boring town



Il y a 8 ans, une fille appelée Victoire a fait une apparition courte mais marquante dans ma vie. J'avais donc 11 ans, et les limites de ma culture musicale recoupaient parfaitement celles de la programmation du Hit Machine (l'émission culte de mon enfance), j'étais gentille, innocente, avec un appareil dentaire et pas un gramme de maquillage. Victoire est arrivée en 5e, quand tous les groupes d'amis étaient formés depuis un an, elle a été La Nouvelle, et en tant que totale weirdo, elle l'est resté toute l'année. Un regard noir au sens propre comme au figuré, toujours des tas de bouquins dans son vieux sac, une façon de parler qui montrait immédiatement sa maturité. Elle avait un an d'avance comme moi pourtant, mais dans mon souvenir, elle est La Grande, et le restera toujours. Je ne saurai jamais pourquoi elle s'est intéressée à moi, mais elle m'a pris sous son aile, m'attrapant le bras aux récrés pour m'entrainer au large de mes copines qui la détestaient et qu'elle méprisait profondément. Bon, abrégeons, elle m'a fait grandir en me parlant comme a une adulte, en me faisant découvrir des millions de choses, et en un an j'ai eu une formation accélérée concernant la littérature ou le cinéma comme l'alcool (mon dieu! en écrivant ça, un souvenir m'est revenu. Elle a débarqué chez moi avec une bouteille de whisky dans le sac et m'a emmené dans le petit bois derrière pour m'y faire goûter (un bel ange gardien que voilà) ohmagad j'avais complètement oublié.) et la drogue. MAIS, surtout, concernant la musique. Un jour elle m'a donné une cassette que je garderai toujours, "tiens, t'écouteras ça" c'était Nirvana - Nevermind sur une face et Placebo - Without you I'm nothing sur l'autre. J'ai cru découvrir la vie - et une semaine plus tard je balançais aux ordures mes disques d'Alizée et des L5, pendant qu'elle me faisait découvrir Nine Inch Nails, Weezer, Rammstein (écoutes oui j'aime encore Rammstein), SOAD, Smashing Pumpkins, Mushroomhead, Tahiti 80, Venus, Eels, et une palanquée de groupes de ska punk que je ne connaitrais probablement toujours pas sans elle.
Après avoir consciencieusement retourné ma vie, elle est repartie à la fin de l'année, mise de force dans un collège catholique à 200km de là, j'ai eu quelques nouvelles pendant un moment, puis plus rien. Je sais qu'elle vit dans la même ville que moi maintenant, c'est étrange parce que je pense souvent à elle, j'espère la croiser, même si je sais qu'elle m'impressionnera toujours autant qu'en 5e et que je ne trouverai sans doute rien à lui dire. Le prétexte pour raconter ça, c'est qu'en arrivant tout à l'heure sur hype machine, j'ai vu une bannière Less Than Jake, et tout m'est revenu d'un coup. Il y avait du Less Than Jake sur une des compils maison de Victoire (elle m'écrivait mon prénom dessus en lettres biscornues; je crois que c'est la 2e personne qui écrit le plus mal après Antoine), j'ai cherché et réécouté lesdites compils, et je suis un peu toute de nostalgie vêtue présentement.
Alors des morceaux vieux, mais qui me rappellent énormément de choses.



Bon. J'ai l'impression d'avoir été très sérieuse là, a va se détendre la petite.
Rien à voir, je viens d'acheter ma place pour Coldplay à Bercy en septembre. Je n'y crois pas moi même. LA pour le coup je vais arriver trente ans avant et piétiner sans ménagement qui il faudra pour atteindre la barrière. Et après, je pleurerai, du début à la fin (amen), parce que malgré leur proportion non négligeable de chansons plates, malgré mon antipathie pour Chris Martin et son autosuffisance, je pleure toujours quand je regarde un live de Coldplay.
Enfin je dis ça mais tu vas voir que la rentrée va tomber le jour même ou le lendemain.


que j'aime parce qu'il dégage la même tristesse que l'album (des CC)
Hot Rod - I like to fuck
le coming next du Grand Journal de la semaine dernière,
je déteste le refrain Usher mais j'aime teeeeellement le couplet de la pétasse

The Joy Formidable - Austere

13 commentaires:

antoine a dit…

alors je lis l'article tranquille, bien plongé dedans, et poum le pic dans ma face, retour à la réalité. m'en fout bientot l'ecriture manuelle ça disparaitra. et de toute façon je me suis vengé à lavance parce que j'ai réussi à caser un lien vers un site de cul dans les com davant.

Anonyme a dit…

Bonjour!
J'ai moi aussi subit une influence de ce genre au collège, malheureusement la discographie de la personne influente contenait aussi bien Nirvana qu'Abba.
Le trauma fut dur.

Bref, hors-sujet mais grosse surprise: http://s298.photobucket.com/albums/mm260/charlesbartbass/rares%20or%20myspace/?start=40
(l'adresse est longue mais vaut le coup).

elen a dit…

moi au collège je faisais croire a mes copines que j'aimais bien britney spears pour pas que ma meilleure amie m'abandonne pour une autre copine.
faudra que tu scannes les cassettes qu'on voit de quoi il retourne (et l'ecriture d'antoine aussi)

tu peux venir sur msn, ça te croquera pas !

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Automatic (pas mal l'idée de detournement d'http........ ) a dit…

C'est marrant. J'aime bien ce souvenir. Je me dis que moi j'était encore plus paumée que toi au fond. Jvai pas te raconter ma vie mais en gros jsui arrivée en CP à l'école, on m'a fait passé un test pour voir si j'était musicienne et j'ai intégré le conservatoire en Piano sans vraiment savoir ni pourquoi ni comment. Donc ma culture musicale, mis à part ce qu'écoutait mes parents (genre Françoise Hardy, BB ou de vieux trucs espagnols et Dalida) bah ma foi c'était Mozart (mon pire ennemi), Chopin (mon amant) et Beethov (mon vieux pote). Jsui arrivée en 6eme, jsui allée dans une classe dite normales en continuant le conservatoire en plus. Donc pour abréger jme suis retrouvée avec un GROS trou à rattraper (je ne connaissait ni Britney Spears, ni Destiny's Child, ni Larusso, ni rien de tout ça) et donc là pour m'integrer bah j'ai kiffé la pop-rnb genre Craig David (son premier album est my love de 5eme) ou Beyoncé loul.
Comment je suis arrivée au Rock. Putain je t'epargnerai ça. La suite au prochain chapitre.

Enfin bon bref. J'ai kiffé lire ça en tout cas pck tu vois moi aussi ça me rapelle de joyeuses choses.

xxx

felix a dit…

Je propose à tous les blogueurs qui liront cet article (et mon commentaire) de faire un article sur comment ils en sont vennus à écouter du rock.
Ce sera marrant !

Automatic. a dit…

A toi l'honneur féfé.

Retrospectivement a dit…

j'adore cette histoire :)

Dispersee a dit…

C'est crétin ce que je vais dire mais ça me rappelle un personnage d'un bouquin que j'ai lu (A propos d'un gamin). La fille est plus âgée que Marcus, l'ado-narrateur, et elle lui fait découvrir Nirvana, et c'est une vraie révolution pour lui.
Bref.
Moi je crois que j'me suis faite ma culture toute seule. Je crois que j'aurais préféré que ça passe par un moyen plus original que ça.

Hans Killed Wildcat a dit…

Bon je réponds en commentaire à la question de féfé.
Pour ma part je crois que le tournant un peu rocknroll de ma vie s'est fait grâce à notre amie la télé. A l'époque j'enregistrais des clips le soir et je les regardais le soir en rentrant de l'école. Puis une fois il y a eu LSF de Kasabian. Je l'ai regardé 6 fois à la suite, je connaissais tous les mouvements de caméra par coeur (genre le petit moment vu de derrière sur les fesses du Tom ♥). C'était ouf. Un véritable amour. C'était dansant, sexy, avec un accent mortel. Du coup j'ai acheté l'album et puis celui des strokes parce que edf m'avait fait dire oui. Après tout s'est enchainé très vite, y'a eu Muse...JE NE DIRAIS RIEN LA DESSUS sauf que bon c'était une addiction terrible.
Donc en gros ma rencontre avec le rock date de 2004. Avant on oubliera les Kyo et les Avril Lavigne.

I'm HOLLY a dit…

( C'est Jude)
( Oui j'ai un Blugue comme cela lul)
( Ca va ?)

Ca me rappelle que tu avais raconté cette histoire avec cette fille dans ton ancien skyblog d'antan, nous étions jeune tout ca.

Bisu (encore une parenthayse, t'as vu la bande annonce de l'adaptation de Georgia au ciné la ?)

DONT TRUST THE HYPE a dit…

Je partage ta "haine" pour Yael Naim, je ne peux même plus supporter d'entendre une note de sa chanson, qui a un moment passait en boucle à la télé (clips + pub Apple) et à la radio...

Sinon, c'est une bien belle histoire qui est comptée dans cet article, et j'ai lu tout ça avec Coldplay qui résonnait quelque part, en fond sonore. Coldplay qui aura bien marqué mes années collège. (D'ailleurs, si tu ne l'a pas déjà, j'ai réussi à mettre la main sur le dernier album, Viva La Vida.)
xx

PS : Merci pour le coming next de la semaine dernière, j'étais incapable de pouvoir retrouver la chanson.

Wa6ma a dit…

J'adore ce texte, j'étais trop captivée lol et direct on est retombé en 2008 avec le concert de coldplay (dailleurs sur ce coup, je te hais. mais t'en as rien à foutre, je sais)
Et donc ca m'a rappelé mes années college aussi, ma meilleure amie c'était Marion. Avec Marion j'ai découvert le rock genre Evanescence, Linkin Park. D'ailleurs c'était mes groupes préférées, tellement préférés que je les ai écrit sur ma gomme.
Passons. Avec elle j'ai donc découvert le rock un peu ado mais Marion est devenu pute, grosse catin à réputation mauvaise, je me suis donc éloignée de Marion et me suis jurée de ne plus écouter de rock...
MAIS!
Il y a peu (genre l'année derniere) je me suis inscrite sur un forum qui a révolutionné ma culture musicale. Je me suis mise à écouter du rock en veux tu en voilà et j'ai constaté que avec l'electro, le rock est mon genre musical préféré alors qu'il y a qq années je ne jurais que par ce qui passait à la télé à savoir le arainbi et le rap francais et us merdique.
Voilà je me suis confessée, c'était l'évolution de ma culture musicale.