28/04/2009


Vivement le Printemps de Bourges pour "boire des bières assis dans l'herbe" que je disais, laisse moi rire. Il a fait beau jusqu'à ce qu'on arrive, il a plu sans interruption quand on était là, et la pluie s'est arrêté à notre départ. Pluie qui nous a littéralement fusillé le festival. Avoir froid la nuit, patauger dans la boue, rester cloîtré toute la journée : fun. J'ai atteint le point de non-retour du craquage alors qu'on arrivait au Phénix en retard, à 10 sous la pluie, tous dégoulinants et grelottants, que j'avais toujours pas ma place ni de clopes (pour un concert de neuf heures ça a son importance), et que j'ai entendu à l'intérieur Izia (que je voulais absolument voir) chanter Back in town (ma préférée) et compris que no matter how on la raterait vu la longueur de la queue à l'entrée.
Détresse.
A partir de là on a retrouvé le reste de nos amis, qui faisaient eux aussi pitié/peur avec le maquillage qui coule et les cheveux collés par la pluie, on a accepté notre sort et ça a été mieux.
45 minutes plus tard après une attente humide, quelques pom'potes remplies de vodka et une course effrénée au service pipi&cie, on a enfin pu rentrer, s'ébrouer et tordre nos fringues pleines d'eau.
Et voir des concerts éventuellement
Dans le désordre : 80kidz, Shinichi Osawa, les Noisettes (la chanteuse est vraiment super bonne)(non, pas de considération sur la qualité de la musique), les Naive New Beaters (Ah !! Trop bien eux.), puis on a changé de salle pour s'infliger volontairement les Ting Tings, l'astuce étant de remonter lentement 5000 personnes vers le premier rang pour Ghinzu.
Donc les Ting Tings ça casse toujours pas trois pattes à un canard, mais RAB, puisque main dans la main nous avons formé une petite chenille qui sous le commandement expert de Jude s'est faufilé jusqu'à la BARRIERE.
J'osais à peine y croire. Et quand les belges en costard noir sont rentrés sur scène, je crois que j'avais pas été aussi émue depuis euh, Muse au moins.
Et ça a duré 15 minutes (enfin j'ai eu l'impression) mais c'était magnifique, et j'ai vu THE DRAGSTER WAVE au premier rang et les gorilles de la sécurité nous ont laissé fumer, perfection, j'aurais pleuré si elle avait duré une minute de plus.
Par contre ni Blow ni Jet Sex.
Après y a eu de Crécy et son cube, qui nous a encore défoncé les yeux comme les oreilles, puis Yuksek qui s'est révélé chiant comme la pluie, faut qu'il révise son concept de live tout seul avec ses synthés et son micro et quatre ampoules derrière. ON S'EMMERDE MEC.
Mais on est tous resté parce que tout le monde voulait absolument voir Birdy Nam Nam. Ça a mal commencé, ils ont tout coupé au bout de deux minutes de Red dawn rising, "désolé, gros problème technique", après quoi ils se sont agités derrière leurs platines entourés de techniciens pendant 20 minutes, avec un Lil Mike complètement bourré et excédé qui se répandait en excuses entre deux clopes et une rasade d'alcool.
C'est enfin reparti, beaucoup trop de basses, beaucoup trop fort, notre corps entier vibrait en rythme, pas que nos tympans. Mais du coup c'était très, très puissant.
Après y avait Digitalism, mais j'ai décidé de me barrer parce que bon, je commence à les connaître quand même, et il se faisait tard.
Retour sous la pluie, dodo en grelottant, réveil difficile, nettoyage des bouteilles vides et restes de raviolis solidifiés en assiette, the end.


Photo Jseb Deligny.

8 commentaires:

The Field a dit…

Je pense que tu as besoin de quelque chose de catharsique:

http://gvsbchris.com/the%20more%20that%20i%20do.mp3

A+

Heroin. a dit…

Tu aurais pu t'abstenir de "je crois que j'avais pas été aussi émue depuis euh, Muse au moins" et de la photo. Je "connais" cette meuf et bon cacacacacacapute quoi tu vois.

Bon sinon, tu confirmes que j'ai rien raté c'est plutôt cool.

Jude a dit…

L'instinct de la truite saumonée qui remonte le courant pour pondre ses oeufs en amont de la rivière, ya que ca de vrai.

Hans Killed Wildcat a dit…

ça me redonne presque envie de revoir ghinzu tiens. saperlipopette

Julie a dit…

Tu m'as donné envie de réécouter Ghinzu, j'avais oublié à quel point le "feeel youuu feeeeel meeeee" de Blow me touchait...

Putain ça faisait longtemps que j'avais pas écrit de commentaire, j'aurais pu écrire un truc plus intéressant.

benzin a dit…

bin moi je trouve ça plutot bien résumé :)

Y. a dit…

J'y étais youpi tralala
et j'ai limite pleuré sur the dragster wave aussi.
Et par contre yuksek, je l'avais jamais vu, donc même si après Etienne de Crécy ses éclairages et son installation on aurait un peu dit de la merde, sinon je l'ai trouvé fantastique et j'ai dansé non stop.

Elodie Jelena a dit…

Birdy Nam Nam, tu m'étonnes!
ça devait être bon!